Logo Collection société génerale

Les soirées raccourcissent, les enfants ont repris le chemin de l’école et le métro est à nouveau bondé : pas de doute, c’est la rentrée ! Si les vacances ne sont plus qu’un lointain souvenir, l’humeur est au renouveau, et les galeries, nombreuses à avoir fermé durant l’été, ne sont pas en reste. Accrochages flambants neufs, propositions stimulantes et couleurs éclatantes, elles nous proposent de quoi commencer l’année du bon pied et font la part belle aux artistes de la Collection. Passage en revue des expos à ne pas manquer.


À Paris d’abord, la galerie Lelong offre de belles expositions personnelles à deux de nos artistes : Barthélémy Toguo avec des eaux fortes bleues doublement aquatiques (rehaussées d’aquarelle, elles portent le nom de fleuves du Cameroun), et Marc Desgrandchamps avec des jardins obscurs aux tonalités crépusculaires (jusqu’au 5 octobre). Le travail du peintre espagnol Antoni Tàpies y est par ailleurs présenté aux côtés de celui de Jannis Kounellis et d’Arnulf Rainer (jusqu’au 26 octobre). En se rapprochant de République, on peut découvrir les personnages sur fond vif de l’Américain Fahamu Pecou à la galerie Backslash, et les derniers camouflages de Liu Bolin à la galerie Paris-Beijing : l’artiste y revient à des thématiques engagées en y proposant une série réalisée en Corée du Nord (jusqu’au 26 octobre).

Dans le Marais, on se plonge dans les paysages colorés d’Yvan Salomone, à qui la galerie Xippas consacre une exposition intitulée Au-dessous du barrage (jusqu’au 5 octobre). À la galerie Maubert, on touche avec les yeux ! Les sculptures en braille de Nathalie Elemento y sont à l’honneur jusqu’au 28 octobre. Plus à l’est, la galerie Perrotin ouvre ses portes à Lionel Estève : l’artiste y expose ses paysages chimiques, mélanges colorés de divers matériaux (Chemical landscape, jusqu’au 21 septembre). Plus loin, rive gauche, la galerie La Forest Divonne a choisi les couleurs éclatantes des peintures de Jean-Michel Meurice pour faire sa rentrée. Mais on croise aussi les artistes de la Collection au détour de plusieurs expositions collectives : Daniel Spoerri est aux côtés de Mirka Lugosi, Olivia Clavel et bien d’autres à la galerie Anne Barrault pour célébrer Roland Topor (jusqu’au 26 septembre), et les peintures d’Eva Nielsen font partie de l’exposition Un cercle et son centre en quête l’un de l’autre de la galerie Jousse Entreprise (jusqu’au 21 septembre).

En régions, il est encore temps d’aller voir l’Alchimie des lignes de la pionnière de l’abstraction Vera Molnar à la galerie Oniris de Rennes (jusqu’au 21 septembre), et de retrouver les travaux de Bernard Pagès et Bernar Venet parmi ceux de tous les invités de Ben au 109, à Nice (jusqu’au 19 octobre). Les artistes de la Collection passent aussi les frontières en ce mois de septembre : à Genève, la galerie Xippas dédie une exposition aux œuvres « faites main » (Handmade) du Brésilien Vik Muniz (jusqu’au 2 novembre) et de l’autre côté de l’Atlantique, le peintre Bernard Frize, dont on pouvait voir le travail à Beaubourg il y a quelques mois, nous fait voyager dans l’automne à la galerie Perrotin de New York (jusqu’au 26 octobre)...

C. Perrin

 
Photo : Fahamu Pecou, Sans titre, 2019, acrylique sur toile, 122 x 137 cm - courtesy galerie Backslash
En relation