Logo Collection société génerale

Alors que tout le monde, entre nostalgie des vacances et effervescence des nouveaux départs, reprend le chemin du travail ou de l’école, le monde de l’art se met en quatre pour rendre la transition de l’été à l’automne la plus douce possible. Les grands événements reprennent enfin, des Rencontres d’Arles à Art Paris 2021 en passant par les journées du patrimoine, les propositions se multiplient, et il y en a pour tous les goûts. Les aficionados de peinture iront voir le travail de Georgia O'Keeffe à Beaubourg ou celui de Damien Hirst à la Fondation Cartier. Ceux qui préfèrent la photographie profiteront de la collection du MoMA exposée actuellement au Jeu de Paume. Et les amateurs des artistes de la Collection ne seront pas en reste…

Un automne haut en couleurs
Pour les retardataires, il est encore temps de profiter des prolongations et des dernières semaines d’ouverture des expos de l’été, en allant par exemple voir des œuvres de Philippe Cognée, Claude Viallat ou François Morellet à Rennes à l’occasion des 35 ans de la galerie Oniris, ou de Gottfried Honegger, Aurelie Nemours ou Kader Attia dans les expositions de l’Espace de l’Art Concret dans le sud de la France. Mais la nouvelle saison s’annonce haute en couleurs : elles sont en effet vibrantes sur les toiles à l’huile de Lucie Picandet exposées à la galerie Vallois. Mondes au-delà de la réalité peints lors du premier confinement, elles offrent autant d’échappées vers le rêve et l’imaginaire. Le travail de l’artiste sera aussi présenté à Alfortville à l’occasion de l’exposition « Corps nouveaux », qui se propose de revisiter l’univers riche et changeant des Métamorphoses d’Ovide...

La saison de l’Afrique

La pandémie de Covid-19 avait porté un coup dur à la Saison Africa2020, dont Société Générale est partenaire. Mais ce n’était que partie remise, et si à l’automne 2021, elle touche à sa fin, de nombreux événements ont encore lieu dans toute la France. À Paris, le peintre camerounais Barthélémy Toguo est à l’honneur : le musée du quai Branly lui consacre une exposition monographique, « Désir d’humanité ». Dessin, aquarelle, sculpture, photographie, installation ou performance, l’artiste multiplie les médiums pour nous interroger sur notre humanité et explorer les dysfonctionnements du monde actuel pour mieux les dénoncer en puisant, entre autres, dans les cultures de l’Afrique. La galerie Lelong lui offre une autre exposition, « Partages », où dans une série de peintures bleues, Toguo rapproche l’écrivain Edmond Jabès et le peuple Bamiléké.

Se retrouver
La collaboration, le partage : c’est bien ce qui semble motiver les artistes après ces mois contraints à l’isolement. Les expositions collectives se font toujours plus nombreuses et invitent un public le plus large possible. Avec « Children Power » au Plateau à Paris, le Frac Île-de-France s’adresse avant tout aux enfants et aux adolescents : parmi les artistes impliqués dans ce projet unique se trouve notamment Ulla von Brandenburg. À Beaubourg, « L'Image et son double » explore la nature-même de la photographie avec des œuvres de Man Ray, Brancusi, mais aussi Eric Rondepierre. Et à la galerie Lelong encore, on trouve des œuvres de Pierre Alechinsky fondées sur des travaux de Jiri Kolar et Honoré de Balzac. Bref, de quoi permettre aux amateurs d’art de se retrouver et de partager leur passion, en attendant les grands rendez-vous d’octobre, et le deuxième volet de notre exposition Transport Commun...

C. Perrin



Visuel : Lucie Picandet, Œil-de-bœuf 2 “Aux glaces” - Paysages intérieurs d’Hui 7.2 - Celui que je suis, 2017, aquarelle sur papier, 96,5 x 130 cm

En relation