Logo Collection société génerale

Cette année, la Collection a fait le pari de la nouvelle création pour ses nouvelles acquisitions. Après avoir lancé un appel à projets auprès de jeunes artistes fraîchement diplômés des Beaux-arts de Paris en fin d’année dernière, les travaux de quatorze d’entre eux ont rejoint ses rangs, juste à temps pour le deuxième volet de l’exposition « Transport commun ». Mais ce n’est pas la seule chose que nous réservent ces talents émergents : pleins de ressources, ils cumulent projets et expositions. Point sur l’actualité foisonnante d’artistes qui préparent le monde de demain…

Si l’été a été très occupé pour nombre d’entre eux – Sophia Fassi  a exposé à la fondation Francès à Senlis, Bilal Hamdad  à Perpignan, et Guillaume Valenti  à la galerie Parliament à Paris –, l’automne aussi apporte de beaux projets, notamment pour la peintre Ymane Chabi-Gara . Lauréate de la 2e édition du Prix Sisley en mars, l’avenir s’annonce radieux pour la jeune femme dont on peut voir les travaux à partir du 4 décembre à l’Hôtel des Arts TMP de Toulon dans le cadre de l’exposition « Fireplaces ». D’abord présentée à Paris en octobre, cet événement met à l’honneur douze artistes Révélations Emerige. L’artiste a de plus récemment répondu aux questions d’Anaël Pigeat pour le podcast Phonomaton, et nous permet ainsi de plonger dans son univers même à distance...

Chelsea Mortenson se fait elle aussi entendre : le 10 décembre, elle s’exprimera sur la manière dont les artistes peuvent s’emparer de la question climatique lors d’une conférence organisée par le Columbia Global Centers | Paris. Et ce sont ces mêmes problématiques environnementales qui sont abordées par la revue Nos Mondes Sauvages de l’association Colères du présent, dont l’une de ses œuvres a été choisie pour illustrer la couverture. En juillet, c’était au duo Elsa & Johanna  de fêter la sortie de sa propre publication, Beyond the shadows, fondée sur la série dont la Collection possède deux clichés, aux éditions H2L2.

Le plasticien Justin Weiler quant à lui prend part à l’exposition « Dédale, un espace en perspective » au Cellier de Reims de la fin du mois à février 2022. Au côté des Frères Tasseaux, il ouvre un cycle consacré aux notions d’anthropocène et d’écosystème, et interroge les notions de perception, d’espace et de temps. À Paris, Katarzyna Wiesiolek participe à l’exposition collective « Aleph-א » à la galerie Eric Dupont, où l’on peut voir ses dessins jusqu’au 27 novembre. À Cologne enfin, le prolifique Prosper Legault qui vient de sortir un nouveau morceau avec Mad Rey, « Atomic Dislexia », bénéficie d’une exposition à la galerie POP;68 ouverte jusqu’en janvier, « C’est normal que tout soit bizarre ».

Et même s’ils n’exposent pas pour l’instant, ces jeunes créateurs ne chôment pas : « Tempura Cockpit », la création scénique de Léonard Martin et Elvire Caillon qui a vu le jour à Nanterre-Amandiers sera produite à nouveau au Théâtre de la Cité internationale en mars prochain. Winnie Mo Rielly est en résidence à la fondation Fiminco et Bady Dalloul  était à la Villa Kujoyama en début d’année. Lucas Leglise est en plein travail sur les algues, qu’il photographie (algoculture du Finistère) et utilise pour développer ses clichés avec le soutien du programme Mondes nouveaux du ministère de la Culture. Quant à Laura Tolen, certaines de ses œuvres sont à vendre sur le site de la galerie en ligne Millenn’Art. De quoi continuer à explorer les possibles ouverts par « Transport Commun », dont le deuxième volet est toujours visible en ce moment dans les tours Société Générale...


C. Perrin



Visuel : ELSA & JOHANNA, «Breakfast in America», issue de la série BEYOND THE SHADOWS, 2018, Photographie numérique, Encre pigmentaire sur papier Baryté, 90 x 60 cm
En relation