Logo Collection société génerale

Bureaux administratifs, Antsiranana, Madagascar

Date : 2007
Support : Photographie
Dimensions : 91,5 x 131,5 cm
Impression pigmentaire sur papier archive coton

Dans de nombreuses villes africaines, des rues, des avenues et des places portent le nom de Patrice Lumumba. L’un des premiers chefs politiques élus dans l’Afrique contemporaine, il a remporté les élections au Congo après l’indépendance de la Belgique en 1960. Le discours qu’il prononça lors des célébrations de l’indépendance à Léopoldville, en présence de Baudoin, Roi des Belges, proclama sans ambiguïté son opposition à un néo-colonialisme occidental qui remplacerait la domination ostensible par un contrôle indirect. Il fut assassiné en janvier 1961 par des agents belges, après que les Nations Unies eurent participé à la sécession des provinces de Katanga et de South Kasai, et après le coup d’état militaire de Mobutu Sese Seko, soutenu par des puissances occidentales. Son image de nationaliste visionnaire reste vierge des accusations d’abus de pouvoir indissociables des chefs d’état africains de ces dernières années.


Guy Tillim : « Ces photographies ne sont pas un témoignage condensé sur les États africains postcoloniaux, ni une méditation sur certains aspects des structures coloniales de la fin du modernisme, mais plutôt une errance au fil des avenues des rêves. Celui de Patrice Lumumba, son nationalisme, transparaît bien dans les structures, si l’on sait en discerner les traces, comme est visible la mort de son idéal, dans l’état de ces monuments. Il est étrange que le modernisme, qui a abandonné les monuments et le passé au profit de la nature et de l’avenir, véhicule si clairement cette mémoire. »
Les œuvres du même
support